DIEU, S’IL EXISTE, OÙ DONC SE CACHE-T-IL ?

images (46)Beaucoup, à notre époque, se posent la question: OÙ EST DIEU ? OÙ SE CACHE-T-IL ?


COMBIEN DE FOIS, dans «le torrent de la vie», pour employer l’expression de Boris Cyrulnik, ne cherchons-nous pas cette PUISSANCE SUPÉRIEURE que l’on appelle familièrement «Dieu» ? Cet ÊTRE SUPRÊME vers lequel on se tourne facilement  quand tout s’effondre autour de soi ? C’est alors qu’en le cherchant apparaissent volontiers, dans le champ de notre imaginaire, les images du ciel, de la croix, d’un prie-Dieu, d’une église. Pourtant, il y a une réalité bien plus simple que cela : Dieu n’habite pas les nuages, mais il est à L’INTÉRIEUR DE NOUS. Voici un témoignage éloquent à ce sujet.

Comment trouver Dieu ?

UNE PERSONNE AYANT DÉCOUVERT la conscience divine témoignait ainsi : «Je croyais que Dieu, il était rien que dans des choses sacrées, qu’on le rencontrait que dans du solennel, comme à la messe le dimanche. Eh bien, pas du tout! Dieu, il est partout, mais surtout à l’intérieur de moi.» Beaucoup ne trouvent pas Dieu, parce qu’ils ne le cherchent pas au bon endroit. Madeleine Delbrêl a écrit magnifiquement : « Si tu vas au bout du monde, tu trouveras des traces de Dieu. Si tu vas en toi-même, tu trouveras Dieu. »  Toute la différence est là : se contenter des traces de Dieu dans l’Univers ou rencontrer Dieu en personne chez soi.

 

Une église intériorisée ?

LA GRANDE PHILOSOPHE de l’intériorité Marie-Madeleine Davy, dans une prise de conscience fulgurante de Dieu en elle, s’écria un jour : « Comment ne pas penser à l’avènement d’une religion non plus de l’âme, mais de l’Esprit, dans laquelle l’homme devient son propre temple ? Le Christ lui-même y a fait allusion dans son dialogue avec la Samaritaine : « Il viendra un temps où on adorera le Père en esprit et en vérité[i]. » C’est mettre l’accent sur l’importance de l’église intériorisée et la valeur de l’expérience personnelle de Dieu. Cela signifie que nous pouvons le rencontrer dans notre propre église intérieure (ou oratoire), là où il est facile de se réfugier pour prier tout au long de la journée. Nous détenons ici l’une des plus belles expériences spirituelles, religieuses ou mystiques qui soient.

Alors, si Dieu est si proche de nous, pourquoi ne le sentons-nous pas ? La réponse est simple : parce que nous ne savons pas entrer en contact avec lui.

 

Comment entrer en contact avec Dieu ?

CE QUI EST RASSURANT AVEC DIEU, c’est que, peu importe qui nous sommes, peu importe notre  degré de misère ou de déchéance, nous pouvons entrer en contact avec lui et il est toujours disposé à nous accueillir, car ce Dieu accueille toutes nos fragilités. C’est précisément le message que le pape François livre actuellement à travers sa spiritualité de la miséricorde et du pardon. Dans ces conditions, rien de plus facile d’entrer en contact avec Dieu. Comment ?

Prenons une comparaison. Quand nous voulons écouter la radio, que faisons-nous ? Nous ouvrons l’appareil et nous syntonisons une station. Il en va de même avec Dieu. On peut en tout temps établir un contact direct avec lui. Pas besoin de passer par des intermédiaires. Et comprenons bien qu’il n’est aucunement besoin d’être un mystique ou un contemplatif pour entrer une relation avec Dieu. Ce Dieu, à l’intérieur de nous, il suffit simplement de passer du temps avec lui. On peut le faire par des prières, des méditations, des lectures, mais aussi en conversant familièrement avec lui comme on le ferait avec le meilleur de nos amis.

 

Dieu n’est pas un bouddha en nous

LA CONSCIENCE DIVINE nous amène à un autre phénomène important, celui de L’ACTION DE DIEU en nous. Dieu, à l’intérieur de nous, n’est pas un bouddha passif, assis dans une attitude béate, fixant prosaïquement la ligne d’horizon de notre vie. Au contraire, il est éminemment actif pour peu qu’on lui laisse de la corde. Il est là dans l’attente d’un «call» de notre part, ne demandant qu’à nous aider dans les difficultés et nous guider sur le chemin de la vie. Il est en nous comme un Esprit de LUMIÈRE, de FORCE et de PAIX. Il ne tient donc qu’à nous de bénéficier de sa présence «vivante» et «agissante».

Devant cette réalité si riche et si gratifiante, d’aucuns peuvent se poser la question: «Comment peut-on ne pas croire ? » Il y a ici un mystère, souvent présenté comme un don. Voilà pourquoi avant tout, peut-être vaudrait-il mieux commencer par demander ce don ?

UNE CHOSE EST SÛRE, cependant, la pratique de la conscience divine est la plus belle et la plus importante des expériences spirituelles et j’ajouterais même, dans bien des cas, la meilleure des thérapies. Plusieurs y ont trouvé une source indicible de force, de paix et de sérénité. Avec elle, on ne connaît pas la solitude, car on n’est jamais seul. Et rappelez-vous que LE NOM DE DIEU EST MISÉRICORDE.

Jean-Paul Simard


[i] Marie-Madeleine Davy, Les chemins de la profondeur, Questions de – Albin Michel (revue-livre trimestrielle) no116, 1999, page 25. Où sera le royaume, demandent les apôtres à Jésus? «Le royaume de Dieu n’est ni ici ni là. Il est à l’intérieur de vous» ( Lc 17,21). Et ailleurs: «Si quelqu’un m’aime, nous viendrons en lui et nous ferons en lui notre demeure» (Jn 14, 23).


POUR ALLER PLUS LOIN :

http://jeanpaulsimard.com/index.php/sample-page/renouer-avec-dieu/

http://jeanpaulsimard.com/index.php/2015/12/05/saviez-vous-que-nous-possedons-un-selfie-de-dieu/

http://jeanpaulsimard.com/index.php/2015/08/16/comment-prier-voici-une-priere-universelle/

http://jeanpaulsimard.com/index.php/2015/11/07/dieu-nous-ecoute-t-il-quand-on-prie-2/

 Suivez-moi sur TWITTER : @jeanpaulsim

Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à mon BLOGUE… et au besoin partagez-le…

 

 

Laisser un commentaire